Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ski-club-ales.over-blog.com

ski-club-ales.over-blog.com

LA PASSION DU SKI GRAND ALES: stages, sorties samedi, week-ends, compétition, et bien d'autres choses...

SAINTE ANNE 29 FEVRIER : une expérience enrichissante

SAINTE ANNE 29 FEVRIER : une expérience enrichissante

Sortie expérimentale ces 28 et 29 février : il s'agissait de vérifier , dans la mesure où les massifs cévenols désespérément vides d'or blanc ne peuvent pas être le théâtre des samedis de neige , si le concept d'une sortie alpine s'adressant prioritairement sinon aux plus jeunes du moins aux skieurs les moins expérimentés  sur le samedi seulement mais avec coucher sur place le vendredi soir pouvait s'avérer être une alternative réaliste  et efficace.

Le site choisi était la petite station de Sainte-Anne en Ubaye , à une dizaine de km au nord de Barcelonnette , et le point de chute le gîte du Belvédère , à moins de 5mn en minibus des pistes.

Après un voyage sans histoires et sans malades entrecoupé d'une petite halte repas à Serres , nous sommes arrivés vers 22h30 , et tout le monde s'est  installé dans les chambres que le gérant  avait préparées à notre attention , et selon les indications que nous lui avions fournies au préalable .

Car , pour espérer que tout se passe du mieux possible , la préparation minutieuse , la prise en compte du maximum de détails  et l'établissement d'un plan de déroulement est la condition indispensable . En tout cas , sous la haute surveillance de Stéphane, Gérard et Carole , cette nuit au gîte s'est avérée fort agréable, et appréciée de tous.

Le lendemain, puisque les pistes n'étaient qu'à 5 minutes ( et les forfaits préalablement  réservés , ça  fait gagner pas mal  du temps ), hé bien pas la peine de se lever aux aurores : la Diane sonnée par le Maréchal des Logis Chef Gérard n'a retenti qu'à 7h45.

C'est pour mémoire l'heure à laquelle nous partons du local d'Alès, lorsque nous nous rendons à l'Aigoual ou à la Croix de Bauzon. Et avec un lever qui a lieu pour les jeunes comme pour les parents beaucoup, beaucoup plus tôt....

Juste le temps de prendre la douche et se vêtir en tenue de ski , tout le monde était prêt à 8h20 . Bon, enfin tout le monde ou presque .

8h25 , on quitte le gîte et on rembarque les sacs de voyage dans le minibus . En prévision d'une bonne journée autant que pour conjurer le mauvais sort , Gérard qui a entre autres des origines Maories nous exécute un Haka à faire pâlir de terreur les membres de l'équipe des All Blacks ; et sur ces entrefaites la voiture de  la petite équipe qui a passé la nuit à Barcelonnette arrive avec lait chaud, café, et croissants frais pour tout le monde , merci Fatima!

8H35 , petit déjeuner  chaud pris sur le couvercle de la remorque  : cette petite activité a également ajouté un plus à l'animation de la station : tous les gens qui se sont garés à côté ou à proximité de notre groupe nous regardaient non pas avec amusement, mais avec sympathie et envie .

Beaucoup auraient sans doute voulu partager avec nous ce moment de simplicité et de bonheur innocent , qui est la marque de fabrique de  nos activités .... Enfin quoi, en résumé ,pub très sympa et positive  pour le ski-club, dont la présence était d'autant moins inaperçue que nous étrennions la déco tout fraîchement posée sur le minibus.

8h50 , le petit déjeuner est remballé , et les skis sortis avec ordre et méthode , ce qui permet à chacun de reconnaître sa paire de planches et ses bâtons en moins de temps qu'il ne faut pour le dire , ou peu s'en faut.

Et à 9h00 pétantes , personne ne manque à l'appel au pied des pistes au moment où les remontées mécaniques démarrent : c'est parti pour une bonne journée de ski.

Le préposé aux photos (et au blog) s'occupait le matin des débutants intégraux, qui étaient au nombre de 6 ,dont 4 enfants et 2 adultes . Voici leurs premiers pas, enfin leurs premières glisses , comme si vous y étiez.

Et à y être , avis aux lecteurs amateurs, il y  aussi la révélation de quelques petits secrets d'habitude bien gardés concernant l'apprentissage du ski aux débutants. Bon , faut pas pousser non plus , c'est seulement quelques secrets , le reste on se les garde, ou alors il faut venir se former et devenir moniteur de Club pour avoir le plaisir à son tour d'initier les autres à son sport favori !

Il s'agit au départ de prendre conscience du matériau neige , de la pente et de la glisse, et de ressentir les premières sensations dont on va rapidement se servir pour la suite . Chaussé d'un seul ski , il s'agit de monter un peu , puis de descendre , soit à cloche-pied, soit sur un seul ski si on y arrive

Ca n'a l'air de rien , mais c'est un moment de découverte crucial.

Ensuite, on teste la glisse pure à 2 skis, jambes stables écartées et bras comme les équilibristes sur  fil de fer. Pour l'instant, on ne tourne pas , on se contente de prendre un réel plaisir  à ce qui est cette fois la "vraie" descente à skis .On ne cherche pas à freiner non plus , puisque le plat de fin de piste se charge d'arrêter tout seul le skieur néophyte.

Et le plaisir ne va qu'augmenter, d'autant que les remontes dites en escalier ou en canard 2 skis aux pieds , missions aussi rebutantes que  quasi-impossibles pour les débutants,  sont ici supprimées par l'utilisation d'un fil-neige , équipement ô combien utile mais hélas en voie de disparition dans la plupart des stations.

Dés lors, on peut enchaîner sans fatigue petites descentes sur petites descentes , et prendre de l'assurance . Et surtout on peut en quelque sorte se concentrer à écouter son corps , qui envoie plein d''informations sur l'équilibre, la pente, la vitesse , les appuis, etc. C'est ce qu'on appelle l'interoception.

Quand  de visu le moniteur estime que les sensations recherchées ont bel et bien été perçues , alors il va donner quelques consignes toutes simples : pas du grand blabla inutile et charabiatesque, mais quelque chose du genre : "vise le filet d'arrivée où vient de se prendre telle une sardine la pauvre mais courageuse Fatima, et quand tu m'entendras dire ou plutôt crier  OOOOOOOOOOOOOOOOOP! , tourne en même temps les épaules et la tête bras écartés vers la droite pour viser le panneau bleu"

Et, Miracle , ça tourne !

Pourquoi? Tout simplement  parce qu'en faisant ce geste de pivotement de buste vers la droite, l'appui jusque là réparti également sur les 2 skis va  se transférer mécaniquement en majeure partie sur sur la jambe gauche ; sous l'effet de la pression exercée, le ski  gauche va à la fois légèrement s'enfoncer dans la neige et  se déformer, et la courbe déjà carvée des carres va alors prendre la forme d'un   arc de cercle  de faible gradient avec vecteur de force vers la droite, d'où virage dans cette direction d'autant plus rapide ou progressif  que l'appui se fait immédiatement ou avec mesure.

Bien .

On imagine sans peine que ce genre d'explication est parfaitement limpide, constructive et immédiatement intégrée  pour un enfant de 8 ans , et même pour un adulte normalement constitué......

On n'en pipe donc pas mot , et on se contente de faire constater aux nouveaux skieurs tout fiers de leur exploit que "ça marche !"

Ensuite et là encore, les descentes s'enchaînent  avec pour consigne un seul virage à réaliser  un coup à gauche, un coup à droite , et là encore lorsque le moniteur se rend compte que les sensations  on bien été ressenties, il va pouvoir, et  seulement dès ce moment , parler d'appui. Parce que ce sera alors quelque chose de vécu concrètement , et pas un concept aussi abscons que mystérieux  et insaisissable.

Il va donc pouvoir dire de ne plus pivoter le buste, mais de se concentrer sur l'appui jambe gauche ou droite (on ne parle pas encore de ski intérieur ou extérieur) qu'il  va déclencher d'abord  de façon orale à grand renforts de HOP! sonores , puis par des repères visuels , par exemple des bâtons plantés façon slalom. Les mangepiquets actuels qui sévissent au club n'ont qu'à bien se tenir, la relève arrive!

Eh oui, le ski est un  vrai sport , et au bout de 3h intensives un petit moment de repos en mode zen collectif n'est pas désagréable.....

C'est déjà midi , c'est donc l'heure de se restaurer pour les jeunes avec le repas tiré du sac.

Et c'est l'heure pour Gérard, Stépan et Rémy de faire le plein....

Le plein d'énergie , voyons , qu'alliez-vous penser ?

Bien entendu le repas achevé et les sacs remis dans les véhicules , on ne reprend pas tout de suite : même pour s'amuser la neige c'est magique , et il faut en profiter un peu tant qu'on est là : ce n'est pas à Alès qu'on a tous les jours l'occasion de faire des bonhommes ou se jeter des boules, non?

Allez , on repart sur les pistes, c'est 13h00. Les plus enhardis embarquent sur le télésiège des Mastrètes, direction l'altitude 2400m. Au début, tout va bien, merci.

Mais à la cime, c'est une autre paire de manches : un petit -4 degrés avec vent, brouillard et fins flocons de neige , ça fouette les sangs. Et ça donne envie de redescendre à une altitude où règne un temps plus clément , d'où le contentement visible du groupe ci-dessus.

Hé non, on ne rêve pas : ce sont bien les débutants du matin , enfin les 3 plus jeunes, qui ont rejoint Stéphane : ils ont appris à prendre le téléski des Clausis , et possèdent maintenant la technique de l'arrêt en chasse neige : ils ont donc décroché le passeport pour la grande Aventure sur les pistes , toutes les pistes (ou presque, quand même).

Il ne manque plus que le Révérend Père Gérard et ses ouailles sur la photo pour qu'elle soit complète ; il manque aussi Fatima que la séance du matin a presque vidée de son énergie : et comme elle compte bien revenir pour continuer son apprentissage, elle a décidé de s'économiser au chaud en attendant notre retour.

Télésiège des  Mastrètes , encore une fois. Toujours pas d'amélioration à la cime . Mais pourquoi, me direz-vous, y retourner?

Hé bien parce que les  5 skieurs ci-dessus tenaient à y aller, et que sur ces 5 skieurs , mis à part celle qui porte un casque jaune et noir , la quantité de ski que chacun a cumulée est  respectivement de gauche à droite de 1/2 journée, 2 jours, 1/2 journée, 5 jours.

Ils ne voulaient pas repartir sans avoir fait  eux aussi comme les "durs" du groupe  une longue descente de 4 km de la cime jusqu'au pied des pistes. Difficile de croire qu'ils n'ont quasiment jamais skié , non ?

Et voilà, 16h30 pile,  on rembarque après avoir pris un petit goûter , et c'est le retour à Alés . Nous y arrivons vers 22h00 ,on aurait pu arriver un peu plus tôt, mais les arrêts-pipi sont incontournables avec les petits . D'ailleurs, certains d'entre n'ont pas dû avoir le sentiment d'un long voyage , ou alors si mais au pays des rêves.

Bref , une expérience très intéressante. Elle sera renouvelée 2 fois cette année .

En fonction des retours qui nous seront faits par les parents, hé bien pourquoi ne pas "institutionnaliser" ce genre de sortie avec neige assurée dès l'année prochaine ?

En attendant , le mot de la fin pour Hannibal SMITH , le patron bien connu de l'Agence tous risques , auquel nous nous référons souvent :

Tous nous remerciements pour les deux sponsors de la sortie , qui ont permis qu'elle soit financièrement équilibrée  : les Pompes Funèbres Anduziennes qui nous aident régulièrement et avec constance , tant et si bien qu'elles pourraient bien s'appeler sous peu les "Pompes Enjouées Anduziennes" ainsi que la SCI CRAMYMER.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article